Ayant eu l'honneur d'être invité à donner une conférence sur Internet à Sup de Co Technologies de Dakar, voici un résumé de mon intervention. Les transparents sont ici.

Pour répondre directement à la question du titre, je dirais oui, au moins pour les étudiants de mon auditoire (Sup de Co Tech est une école d'informatique contrairement à ce que laisse penser son nom). La raison est qu'Internet favorise la construction du village global qu'est notre planète et ainsi nous rapproche donc réduit les différences voire les inégalités. Un africain qui a Internet peut comprendre le mode de vie, les codes européens et américains et s'intégrer facilement. Mais surtout Internet est le lieu idéal pour développer des compétences informatiques tellement recherchée à travers le monde. Bref l'étudiant brillant qui a su tirer parti pleinement d'Internet peut espérer se faire embaucher en Europe pour 40 k€ ou aux États-Unis pour 80 k$ alors qu'à Dakar il ne dépassera pas les 10 k€. Il peut aussi espérer monter une startup qui sera rachetée à un prix indécent ou simplement devenir une des entreprises les plus importantes du monde en quelques années (voir la place des GAFA dans l'économie mondiale). Donc oui, pour le jeune africain passionné d'informatique qui a une connexion à Internet, c'est le jackpot à portée de main.

Mais bon, cela ne représente pas grand monde en Afrique. Que penser pour l'Afrique plus généralement ?

J'avoue que l'exercice est plus difficile. L'ouverture au monde qu'apporte Internet n'est pas limitée aux informaticiens. Elle simplifie le commerce et permet de court-circuiter les importateurs locaux trop gourmands. Elle permet d'accéder facilement aux idées démocratiques, à la culture, aux sciences... de penser librement même s'il est toujours difficile de s'échapper de son environnement, des carcans intellectuels.

L'Afrique peut aussi exploiter pleinement la souplesse d'Internet et de l'informatique pour repenser les infrastructures déficientes. Avec M-Pesa le Kenya a mis en place un mode de paiement sur téléphone qui offre plus de souplesse que les moyens de paiement occidentaux, leur Bitcoin mais utilisé par la majorité de la population. Orange a mis en place un système de paiement équivalent au Sénégal. Les faiblesses de l'Afrique sont autant d'opportunité de construire les solutions de demain, surtout si elle a les informaticiens pour les mettre en œuvre. Donc oui c'est une chance mais il va falloir savoir la saisir sinon on verra surtout la fracture numérique.

Je n'ai pas résisté à finir avec le coté obscure de l'Internet : les ordinateurs qui vont (peut-être) nous remplacer. Si l'intelligence artificielle progresse trop, il va devenir difficile pour les humains de lutter et ceux qui s'en sortiront ne seront plus ceux qui travaillent mais les propriétaires des ordinateurs qui travaillent. On va basculer vers un monde de rentiers et là, force est de constater que l'Afrique risque de souffrir car les rentiers sont occidentaux voire chinois.