Depuis le 1er août le cours du bitcoin a été multiplié par 3,5 (en 3,5 mois). Alors bien sûr on en parle beaucoup, pour certains la bulle est évidente, pour d'autre le bitcoin prend sa place et va encore monter. Si on regarde l'histoire du cours du bitcoin par rapport au dollar, image ci-dessous, ce qui se passe n'est pas extraordinaire, on a vu des progressions nettement plus fulgurantes par le passé et on pourrait même dire qu'on rattrape le retard pris en 2014 et 2016.

BTC 2010 - nov 2017

Pourtant il ne s'est pas rien passé depuis août. Le Bitcoin Cash est né d'un premier schisme en août et un second schisme, SegWit2x, a eu lieu mi-novembre. De quoi perturber une telle aventure normalement. Dans les deux cas les schismes sont dus à des considérations techniques qui limitent le nombre de transactions à la minute ce qui pose un problème étant donné le succès du Bitcoin. Dans les deux cas ceux qui apportent des solutions ont perdu au sens où la majorité est restée fidèle au bitcoin traditionnel lequel croit imperturbablement. Mais les deux cas sont différents. Le Bitcoin Cash est une nouvelle monnaie qui relève la tête en ce mois de novembre et qui n'est peut-être pas morte. Par contre le 2e schisme qui passait la taille d'un paquet de transaction de 1 MO à 2 MO semble bien mort pour des raisons elles-mêmes techniques, sa mise en place n'a pas eu le support nécessaire de la part des développeurs du Bitcoin. Cela étant rien n'interdit son retour lorsque les choses seront mieux préparées (et sans schisme ce jour là).

Donc le bitcoin a traversé sans encombre ces deux événements majeurs et il en ressort plus fort. Pour autant tout n'est pas réglé : il y a toujours un problème du nombre de transactions que le système peut valider à la minute qui se répercute sur le prix à payer pour que sa transaction soit prise en compte (les mineurs choisissant les transactions qu'ils valident). La courbe suivante montre l'évolution des sommes journalières payées aux mineurs pour les transactions (versement des individus pour que leur transaction passe + récompense en bitcoin pour faire fonctionner le système). Revenus en $ des mineurs BTC entre 2016 et 2017 Si on se focalise sur les sommes payées pour les transactions, on note une croissance des coûts de transaction, en BTC ce qui permet de noter que l'évolution n'est pas seulement due à la valorisation du bitcoin et en USD pour mesurer la quantité d'argent en jeu. Ce coût risque à terme de dégoûter les utilisateurs du bitcoin.

Le dernier problème du bitcoin est sa consommation d'énergie. Depuis la création du bitcoin, en 2009, le succès du Bitcoin a attiré plus de mineurs et donc plus de capacité de calcul, aussi pour qu'il n'y ait qu'un paquet de transaction toutes les 10 minutes, la difficulté des problèmes à résoudre a été multipliée par un billion (mille milliards). Heureusement les ordinateurs se sont améliorés depuis et la consommation électrique n'a pas suivi la même croissance. Cependant avec un gain journalier de 20 millions de dollars par jour on peut se permettre de consommer beaucoup d'électricité tout en dégageant des bénéfices. Pour avoir un ordre de grandeur, 1 MW.an coûte environ 1 million de dollars en consommation de base. Certains annoncent que les mineurs dépensent 60% de leurs revenus en électricité ce qui permet au rythme d'aujourd'hui de dépenser 12 millions par jours soit 4,4 G$ par an donc 4,4 GW.an ou 38,5 TWh, soit presque la consommation annuelle de la Hongrie (40 TWh d'après le rapport 2017 de l'IEA). Il y a donc un véritable problème écologique qui n'existe que pour garantir que personne ne peut fausser les transactions et non pas pour réaliser les transactions.